AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Where are we now? [PV Dagnir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfée Manuelle
Victime du paranormal
avatar

Féminin Gémeaux Tigre
Messages : 260
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 19
Localisation : Proche des arbres...
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 200 ans elfiques, 23 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Where are we now? [PV Dagnir]   Mar 20 Déc 2016 - 3:01

Les premiers jours, tout avait été bien. Ou enfin.. bien comme quand tout va mal mais qu'on le pousse en dessous du tapis et qu'on l'ignore, même si tout ces mauvais sentiments sont en train de prendre en moisissure qui pourrit la vie. Le quotidien était tranquille au village et tout paraissait se passer comme un charme. Nous avions l'air d'une petite famille modèle tous les trois, avec la petite bonniche de maison qui s'occupe de son mari et de son enfant. Je m'étais transformée en vraie petite femme de maison toute tranquille qui faisait ses besognes dans son coin. Mais ce n'était pas moi ça. Et il y avait énormément longtemps que je n'avais pas été réellement bien. Et ma relation avec Dagnir en avait énormément souffert. Il le savait, et moi aussi. Je m'occupais de Meril comme si ma vie en dépendait et j'étais maintenant consacrée à ça, rien qu'à ça. Quand celui-ci s'en approchait un peu, la prenait dans ses bras, la berçait, mon coeur rattait un battement et je voyais cette vision, toujours la même qui revenait me hanter. Dagnir à genoux avec la moitiée du pauvre corps mutilée de ma princesse dans une main, son épée dans l'autre. Alors je me raidissait. Et même si au début, il ne s'en formalisait pas énormément et qu'il comprenait pourquoi, plus les jours passaient et plus je savais que ça l'agaçait.

Et au bout d'un certain moment, les contacts entre nous et les moments intimes furent de moins en moins fréquent. La douceur et la tendresse que nous avions l'un envers l'autre semblait disparaître. Il y avait énormément de ressentiment, énormément de choses non-dites, de secrets et d'insécurité. L'amour pourrissait sans relâche sous son tapis, et sans nous en rendre compte, nous ne nous donnions même plus la peine d'y revenir et de l'entretenir. Deux étrangés, deux ennemis au seins de cette maisonnée. Quel attroce lègue c'était pour notre petite fille.

Au bout du quatrième mois après la naissance de notre fille, les elfes femmes de la communautés commencèrent à connaitre Meril et à vouloir m'aider. L'une d'elle venait régulièrement dans ma chaumière pour prendre soin de ma petite. Elle était d'une douceur infinie et j'appris rapidement à lui faire confiance. Mes visions ne m'avaient encore rien révéler de négatif à son sujet alors cette libération que je pouvais avoir durant quelques heures pendant lesquelles elle venait était des plus bienvenue. Au bout d'un moment je lui fis même assez confiance pour sortir faire mes courses. Puis aller chasser. Puis aller plus loin dans la forêt en encore. De toute façon, Lylianne n'y était plus. Nous l'avions plus vu depuis longtemps, alors je me disais que ce n'était pas si grave. Que Meril était en sureté. Et c'est là que je commençai à me laisser aller.
L'hydromel du village gagna en attrait pour moi. Il était si bon de s'y abreuver à grandes lampées et de découvrir un monde tournoyant, tout brouillé et dans lequel tout semblait beaucoup moins important, grave et stressant. Chaque fois que je rentrais, de toute façon, Meril m'attendait avec sa gardienne et me faisait de grands sourires. L'odeur d'alcool ne semblait déranger personne et ça faisait mon affaire. Alors je bordais ma fille et tombait dans mon lit, trop épuisée mentalement.

Au bout du sixième mois, les hommes me trouvaient très attirante et sexy dans ces robes moulantes ou de voile que je portais lors des chaudes journées d'été. Et certains avaient des intentions très claires dans leur paroles ou dans leurs gestes. Après des semaines sans contact physique avec l'homme qui partageait mon lit, il fallait bien admettre que ça ne me déplaisait pas énormément. La confiance en moi que j'avais perdu semblait me revenir lorsque je sortais de chez moi et que je voyais ces regards appréciateurs dans ma direction. Le rose sur mes joues ne disparaissait plus quand je me plongeais dans mon monde de folies, et le vent de fin d'été qui frôlait ma peau me remplissait d'envie, du sommet de mon crâne jusqu'à mon bas-ventre.

Mais un soir, l'alcool vint en manque au village. Ce liquide qui était devenu aussi essentiel à mes journées que l'eau me poussa à sortir du village, et j'en oubliai complètement Meril l'espace d'un après-midi. Je me rendis en ville, chose que je n'avais plus fait depuis maintenant presqu'un an. J'y restai longtemps, à courir les magasins, vagabonder dans les ruelles et me retrouver dans une vie que j'avais abandonné depuis longtemps. Le ciel était d'un bleu limpide et les vitrines de toutes sortes de couleurs éclatantes qui me piquait les yeux. J'en vint à me demander où mes soeurs pouvaient bien être rendues. J'aurais pu me le demander nombre de fois dans les derniers mois et je l'avais fait, mais je n'avais jamais été assez proche pour réellement considérer revenir au manoir, que ce soit que pour voir. Mais avant que je m'aventure réellement vers le grand lotissement, le soleil commença à disparaitre à l'horizon et je me rappelai le chemin que j'avais à faire pour revenir chez moi. C'est à ce moment que l'alcool frappa et que je devint étourdie. Mon inhibition disparue, il me fallut énormément de temps pour retrouver mon chemin vers la forêt, et même à ce moment, je progressai très lentement, mes capacités complètement affaiblies. J'atteignis le village dans les petites heures du matin. Je retrouvai ma maison à l'aveuglette et y entra, mes jambes tremblant sous mon poid.

Il y avait une petite lumière douce qui m'accueillit dans la pièce quand j'entrai. C'était une bougie qui était allumée sur la petite table en bois rond au milieu de la pièce qui servait aussi bien de cuisine que de salon, ou que de pièce commune. La première porte qui donnait sur ma chambre était légèrement entre-ouverte mais le lit était tiré et fait, contrairement à l'habitude. Ce lit qui trônait au milieu de la piece et constituait essentiellement le mobilier de la chambre, mis à part une simple commode pour ranger nos vêtements, à moi et Dagnir. Ce lit même avait connu des temps meilleurs et je me rappelai ces souvenirs avec une pointe d'amertume, comme si ces souvenirs appartenaient à une autre vie et qu'ils n'étaient plus accessibles. Il fallait dire que la proximité physique de quelqu'un me manquait énormément. La fenêtre, quant à elle, était ouverte, elle l'était toujours. Le vent frais amenait une légère brise dans la maison mais je n'avais pas froid, même si nous étions à la fin de l'été.
Je me souvenai alors de Meril et ça me fit l'effet d'un fouet; comment avais-je pu l'oublier à sa gardienne? Je lui faisais confiance oui, mais elle aussi devait rentrer chez elle des fois. Je me précipitai donc aussi rapidement que mon corps le pu dans la chambre de ma fille et vis complètement autre chose.

La gardienne était partie. C'était maintenant Dagnir qui tenait ma fille dans ses bras. Doucement, il la berçait, tendis qu'elle dormait paisiblement dans ses bras. Mon sang se glaça dans mes veines et mon teint devint livide.


-Salut, lui lançai-je, peu enthousiaste.

Et c'est alors que la honte me submergea. Je n'avais pas été auprès d'elle dans les dernières heures, mais lui oui. Et le poid des derniers mois s'affaissa sur mes épaules comme une tonne de brique. Cet homme que j'avais aimer si longtemps était devenu un parfait inconnu pour moi, une présence presqu'envahissante dans ma maison. Je ne le connaissais plus. Qu'était-il devenu de son côté durant les six derniers mois, pendant que je perdais la tête dans la boisson?
Pendant que je m'échappais pour me perdre?

~~~~~~~~~~~~

Une nouvelle pouce de vie ~



Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me like stars in the sky...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir D'al Senir
Victime du paranormal
avatar

Féminin Poissons Rat
Messages : 247
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 21
Localisation : Errant à travers Moonlight ...
Fiche de présentation : ICI
Fiche de relations : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 150 ans elfiques, 19 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mar 20 Déc 2016 - 18:42

Six mois.

Aux yeux des elfes, une telle période passe très vite et paraît dérisoire d'ordinaire, puisqu'ils peuvent vivre des centaines d'années. Mais ces six derniers mois, Dagnir les avait vus s'écouler aussi lentement et aussi difficilement que s'ils avaient duré plusieurs années. A vrai dire, il en était même venu à se remémorer son adolescence, quand il avait été enfermé chez les démons et qu'il était aux services de l'une d'entre elle, qui lui faisait absolument tout ce qu'elle voulait. C'était cette même souffrance et ce sentiment de solitude qui était revenu le hanter, alors qu'il pensait l'avoir totalement effacé, lorsqu'il avait rencontré son âme sœur. Enfin, celle qu'il croyait comme tel. Parce que celle-ci était devenue une autre, et il en était même venu à se demander s'il n'avait pas commis une erreur en s'attachant à cette jeune femme.

A dire vrai, depuis la naissance de leur fille, Elfée se comportait étrangement. Elle avait eu cette vision d'horreur, qu'il allait assassiner Meril, et depuis, elle le fuyait comme la peste. Elle restait collée à la petite et n'adressait pas même un regard à Dagnir. Ce dernier s'était dit que ce n'était qu'un moment à passer et que les choses s'arrangeraient, que l'angoisse d'Elfée disparaîtrait avec le temps, mais c'était de pire en pire. Pas assez qu'elle délaissait son fiancé, elle se mis au bout de quatre mois à se faire aider par une elfe du village dans lequel nous habitions, et celle-ci gardait Meril dans la journée, une heure ou deux, pas plus. Cela n'aurait pas dû inquiéter Dagnir, puisque comme sa fiancée refusait de lui laisser la petite, elle avait tout de même besoin de souffler de temps en temps. Mais rapidement, il se rendit compte que les heures se transformèrent en demi-journées voire journées entières. Certes, il n'était pas à la maison toute la journée, parce qu'il ne supportait plus le climat qui s'était installé entre eux, mais il surveillait de loin les agissements d'Elfée. Et dernièrement, elle s'absentait beaucoup, beaucoup trop pour ne pas éveiller des soupçons.

A plusieurs reprises, quand elle revenait le soir, une odeur inhabituelle se vaporisait dans l'air ambiant. De l'alcool. Elle s'était mise à boire, anormalement, mais il ne lui en fit aucune remarque. Avant même cela, ils ne se parlaient déjà presque plus, et Dagnir lui laisser même le lit de la chambre, pour dormir dans le salon, sur le canapé. Il avait également remarqué que ses attitudes avaient changé, envers les autres hommes. Ses tenues étaient devenues plus légères et elle se laissait volontiers accoster. Ds qu'il le voyait, il sentait son sang bouillonner dans ses veines, mais il ne disait rien. Après tout, les femmes ont le droit d'avoir plusieurs partenaires, elle ne faisait rien de mal, et jusqu'à présent, cette loi n'avait jamais dérangé Dagnir. Mais il y était désormais confronté, et il se rendait bien compte que c'était inacceptable que de devoir la partager.

Un matin, il entendit au village que l'alcool manquait, et peu après, Elfée était partie vers la ville. Là, il avait refusé de la suivre. Il avait peur, il était terrifié par la simple idée qu'elle puisse se retrouver à boire en présence d'autres hommes, et surtout, non elfiques. Quand cela se passait près de chez lui, il avait l'impression de quand même pouvoir gérer la situation au besoin, mais là, il pourrait se passer n'importe quoi. Et il ne voulait pas y être mêlé, se serait beaucoup trop douloureux. Alors oui, il fuyait d'une certaine manière, il se bandait les yeux pour échapper à la réalité, mais que pouvait-il faire de plus si ce n'était se torturer l'esprit ?

Un après-midi, alors qu'Elfée était partie depuis le matin et avait laissé Meril à une femme du village, cette dernière dû s'absenter, et fort heureusement, Dagnir était dans les parages quand elle dû quitter la maison, et elle lui confia la petite en s'excusant. Bien sur, même si il ne s'approchait pas de sa fille seul, comme Elfée le lui avait demandé au tout début, il gardait un œil sur elle. Il tenait à la protéger, même de loin, parce qu'elle était sa petite fille, son petit miracle et sa nouvelle raison de vivre. Il n'avait pas pu grandir auprès des siens, alors il tenait vraiment à ce que Meril soit entourée de sa famille. Il s'était donc occupé d'elle tout l'après midi, avait joué avec elle, rit avec elle, l'avait faite mangé, puis à la nuit tombée, il s'était installé dans un fauteuil de la chambre, près du lit de la petite, et l'avait gardée dans ses bras jusqu'à ce qu'elle s'endorme, puis même après. Il avait profité de ce moment qui était le premier depuis la naissance de Meril, et il l'avait adoré. Dommage qu'il n'ait pas pu le partager avec Elfée...

C'est à ce moment là que la porte de la chaumière s'ouvrit et que cette dernière fit son apparition. Elle était arrivée dans la précipitation, comme si elle s'était rendue compte qu'elle avait oublié quelque chose. Et en effet, il s'agissait de sa propre fille. Elle salua machinalement Dagnir, son teint était plus pâle que d'ordinaire et l'on pouvait lire sur son visage une certaine honte. Et il y avait de quoi... Le bel elfe la regarda calmement.


- Je t'avais promis de ne pas rester seul avec elle le temps que tu te calme, mais là, je n'ai pas eu le choix.

Il se leva alors pour aller déposer Meril dans son berceau, juste à côté, puis fit signe à Elfée de sortir, pour ne pas faire de bruit et risquer de réveiller la petite. La jeune femme s’exécuta sans un mot et Dagnir la suivit après avoir fermé la porte de la chambre. Ils se retrouvèrent alors tous les deux dans le salon.

- Elle était toute seule Elfée, est ce que tu te rend seulement compte de ce qui aurait pu arriver si je n'étais pas rentré plus tôt que d'habitude ?

Un silence glacial suivit la phrase de Dagnir. Il venait de soulever un point très juste et de mettre sa fiancé devant le fait accompli. Elle allait se sentir mal, mais si c'était le seul moyen de lui ouvrir les yeux, qu'il en soit ainsi, il n'avait aucun remord. Il s'approcha ensuite d'elle et ne quitta pas so, regard du sien.

- Qu'est ce qui nous arrive... Comment en sommes-nous arrivés là ? Je ne sais même plus comment ça a commencé.

Leur histoire avait pourtant débuté comme celle d'un conte de fée. Mais elle avait peut-être été bien trop idyllique. Dagnir leva un bras vers Elfée, pour la prendre par les épaules ou même dans ses bras, mais il renonça. Et si elle le repoussait finalement ? On pouvait clairement lire sur son visage la souffrance qui meurtrissait son coeur et son corps tout entier.

- J'avais oublié à quel point la solitude pouvait être pesante... Termina-t-il à voix basse en détournant et abaissant le regard.

~~~~~~~~~~~~
¤ RPs en cours : Quand le passé rattrappe le présent ... ~ Don't tell me you are ... Mother ?

~ Elfe de la lune ¤

Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me, like the moon in the sky ... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfée Manuelle
Victime du paranormal
avatar

Féminin Gémeaux Tigre
Messages : 260
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 19
Localisation : Proche des arbres...
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 200 ans elfiques, 23 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mar 20 Déc 2016 - 19:46

Avec toute la gentillesse d'un père aimant, Dagnir remit Meril dans son berceau, en me disant que cette fois, il n'avait pas eu le choix que de rester auprès d'elle même si il avait promit de ne pas le faire le temps que je me 'calme'. À ce mot, une vague de fureur me traversa, mais je la dissimulai en détournant la tête. Comme si tout ça ne voulait rien dire, comme si ce que je voyais ne faisait pas de sens et que c'était ridicule, que j'étais ridicule. Comment pouvait-il sous-entendre une chose pareille? En effet, nous avions besoin d'air et vite, c'est pourquoi je ne bronchai pas lorsqu'il m'entraina hors de la chambre de notre fille.

D'ordinaire, les elfes ont un tempérament calme, c'est pourquoi je ne craignais pas qu'il y ait des éclats de voix qui pourraient la réveiller. Mais je savais que les prochains instants allaient être difficile. C'était la première fois en six mois que nous nous parlions en face, et la confrontation serait difficile à prendre. Je voyais dans ses yeux sa douleurs et sa tristesse, mais la mienne était grande également, et ça avait assez durer. Il commença par me demander si j'avais conscience que ma fille avait été seule et que si il n'était pas rentré plus tôt, personne ne sait ce qui aurait pu se produire. Je pris mon souffle pour répliquer, mais je me rendis compte que je n'avais rien à dire sur ce point, mis à part que Lylianne n'était pas revenue et que j'avais confiance en la communauté. Mais Lylianne pouvait revenir, et elle avait passé les derniers mois je ne sais trop ou, alors si elle était devenue plus puissante, assez pour bousculer une communauté d'elfes, je n'en savais trop rien.

Un long silence froid et lourd s'installa, mais je ne le brisai pas. La honte, la fureur, tout me revenait en bloc, comme si l'espèce de voile que l'alcool avait créer pour moi s'était envolé. J'avais souvent entendu ce genre de chose dans mon ancienne vie avant Moonlight, là ou les alcooliques abondent et même si je m'étais promis de ne jamais tourner ainsi, à la première misère entre moi et Dagnir, je m'y étais évader comme eux. Et comme eux maintenant j'apprenais qu'être sobre était très difficile, surtout lorsqu'on boit pour oublier.

Enfin, il brisa le mur et me demanda comment nous étions arrivés là, qu'il ne se souvenait plus comment tout ça était arrivé. Et à dire vrai, j'avais oublié aussi. Je me souvenais seulement qu'à un moment, il avait arrêté de me parler de ce qu'il lui arrivait. À un autre moment, nous avions arrêter de faire des plans d'avenir. Et même qu'un jour, il avait abandonné notre lit pour aller se coucher au salon et qu'il ne m'avait plus touché par la suite. Tout ces petits gestes qui m'avait fait plonger dans une angoisse sans borne, mais que je ne pouvais lui reproché car c'était moi qui l'avait poussé à se refermé avec toute cette insécurité.

Il esquissa un mouvement dans ma direction, le premier en plusieurs mois, mais comme si il se rendait compte de ce qu'il s'apprêtait à faire, il relâcha le bras. Qu'aurais-je fais si il avait compléter son geste? Lui aurais-je rendu son étreinte ou bien l'aurais-je repoussé comme l'inconnu qu'il était devenu? Je ne sais pas. Je regardai son visage dur et ses traits déformés par la tristesse, comme aux premiers temps que je l'avais connu. Seulement, ce n'était plus les démons de son passé qui l'avait dessiné ainsi. La cause de ses souffrances se débattait avec elle-même devant lui, impuissante de ses réactions à cause d'une quantité d'alcool qu'elle avait ingurgité plus tôt dans la journée. Moi qui lui avait promit de lui ramener la lumière et de le rendre heureux de nouveau. Ou est-ce que tout ça s'en était allé?

Comme un tic, je portai la main à l'anneau de bois que je portais toujours, cet anneau qui avait lié notre promesse de vie à deux. Puis je baissai les yeux également lorsque je l'entendis dire qu'il avait oublié à quel point la solitude était pesante. Il jouait de chantage émotif ou bien c'était réellement son cœur qui parlait? Je ne savais plus. Mais à cette idée, je décidai de ne pas me laissé avoir et de confronter ce que j'avais laissé pourrir pendant six mois.


-Tu parles de solitude, mais tu as été le premier à préféré le divan du salon, dois-je te le rappeler?

Tout ça était sorti d'une voix plutôt accusatrice, mais sur le même tond pour ne pas alerter Meril. Oh, ce n'était pas la seule chose que j'avais sur le coeur, mais une des premières qui eut la place à sortir. Je sentait tout bouillir en moi et j'essayais de faire le tri, mais tout était si gros maintenant que je ne voyais plus comment enchainer.

-Tu veux que je me calme mais tu ne fais absolument rien pour m'aider. Tu te tais. Tu ne me parles plus. Et tu crois que rester dans ton coin va arranger notre situation. je pris une pause. Et en plus, tu dois croire que tout ce que je vois, ce ne sont que des plaisanteries. C'est sans doute amusant de me regarder me choquer, on va attendre que la petite bonne-femme se calme. Ça doit être les hormones.

J'étais allé trop loin et je le savais, car jamais il n'avait prétendu que ce que je voyais était des plaisanteries, et à preuve, il se tenait loin de Meril justement à cause de ça. Mais la réalité était déformée pour moi. Mes paroles n'avaient plus de sens, car les vapes, bien que moins présentes, ralentissaient toujours mon cerveau. Tout sortait en un coup et ça aurait fait du bien, si les traits de Dagnir n'avaient pas été aussi sombres et froids que la pierre.

-Je suis perdue et j'en perds la tête, parce que tout ça est bien réel. Car j'aime ma fille mais ma vie n'a plus de sens quand tu n'y es pas.



~~~~~~~~~~~~

Une nouvelle pouce de vie ~



Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me like stars in the sky...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir D'al Senir
Victime du paranormal
avatar

Féminin Poissons Rat
Messages : 247
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 21
Localisation : Errant à travers Moonlight ...
Fiche de présentation : ICI
Fiche de relations : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 150 ans elfiques, 19 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mar 20 Déc 2016 - 22:00

« Dans mes souvenirs lointains brille faiblement un morceau de lumière perdu. »

Vu ce qu'il venait de lui dire, Dagnir savait très bien que la discussion allait mal tourner, mais il le fallait. Ils devaient tous les deux vider leur sac après tout ce temps, sinon ils allaient vraiment finir par s’entre tuer, au sens premier du terme. C'est donc Elfée qui se lança la première, en lui rétorquant qu'il était fautif de s'être éloigné en premier en la laissant dormir seule, puis en cessant de lui parler, en lui cachant ce qu'il faisait. Elle ajouta qu'il pensait que sa vision n'était qu'une plaisanterie et qu'elle passerait avec le temps, et le cynisme dans sa voix était tout à fait palpable.


- Je n'ai jamais dis ça ! S'offusqua-t-il sans pour autant trop hausser la voix.

Puis elle sembla quand même se calmer un peu par la suite, puisqu'elle avoua être perdu, d'autant plus qu'elle refusait de vivre sans lui. A ces mots, le coeur de Dagnir se serra et il se mordit la lèvre inférieure en continuant de baisser les yeux. Il n'osait pas affronter ses si beaux yeux violets qui l'avaient tant fait craquer. Il ne voulait pas voir l'expression de son visage meurtri. Oui, ils avaient fait des erreurs tous les deux, il était temps de le reconnaître, même si laisser sa fierté de côté pour notre bel elfe était vraiment difficile, mais que ne ferait-il pas pour sa belle ?


- Ecoute... Si je me suis éloigné de toi, c'est parce que j'avais l'impression que tu avais peur de moi. J'ai bien compris que ta vision y était pour beaucoup et je l'ai respecté. Je ne voulais pas que tu vives avec une angoisse permanente, alors j'ai pris mes distance pour que tu te sentes mieux. Ce n'était pas dans le but de te laisser seule, pas du tout.

Ses poings se serrèrent légèrement puis il soupira longuement par le nez comme pour relâcher la pression. Son corps se détendit doucement, puis il releva la tête et s'avança un peu plus vers Elfée pour ne se retrouver plus qu'à quelques centimètres de son corps. Il baissa légèrement la tête pour pouvoir la regarder, et comme son visage était baissé, il posa délicatement sa main sous le menton de la jeune femme, la forçant doucement à relever la tête vers lui, sans la brusquer.

- Je suis en train de devenir fou à force de te regarder uniquement de loin. Tu me manques tellement... Lui souffla-t-il pour qu'elle soit la seule à l'entendre.

~~~~~~~~~~~~
¤ RPs en cours : Quand le passé rattrappe le présent ... ~ Don't tell me you are ... Mother ?

~ Elfe de la lune ¤

Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me, like the moon in the sky ... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfée Manuelle
Victime du paranormal
avatar

Féminin Gémeaux Tigre
Messages : 260
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 19
Localisation : Proche des arbres...
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 200 ans elfiques, 23 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mar 20 Déc 2016 - 23:02

Sa réaction ne se fit pas attendre, comme je le prévoyais; il s'offusqua et sans lever la voix, me rétorqua qu'il n'avait jamais dit ça. Mes yeux toujours dirigés vers le sol, j'attendis la suite qui vint seulement après quelques bonnes grandes respirations de part et d'autre. La distance entre nous n'était plus juste physique, elle était mentale aussi, psychologique, presque psychique. Il m'avoua que si il s'était éloigné de moi ainsi, c'était parce qu'il avait l'impression que j'avais peur de lui et qu'il ne voulait pas que je vive dans une angoisse permanente.

Il y eut encore un moment pendant lequel il sembla se calmer à son tour avant de s'approcher de moi pour être très près. Par réflexe, je me raidis, sans pour autant me dégager. Il leva ma tête avec sa main et me murmura qu'il était en train de devenir fou à me regarder de loin et que je lui manquais. Les larmes me montèrent brusquement aux yeux et je me défis de son étreinte en essayant de les camoufler. Je fis quelque pas de façon à me tourner dos à lui, tournant une nouvelle fois le regard au sol tandis que de lourdes gouttes s'écrasaient au sol. Je ne pouvais pas faiblir sous son regard implorant, malgré mon coeur qui me hurlait de revenir dans sa direction. C'était tellement contradictoire et mon pouls avait atteint une rapidité telle que j'en avais le tournis.

D'un côté je voulais protéger cette nouvelle fleur qu'il m'avait donné, la protéger de quelconque mal qui semblait venir dans sa direction mais ce mal, c'était lui, son propre père. Et si Dagnir avait eu une enfance normale, comme moi en fait, rien de tout ce que j'avais vu n'aurait fait de sens. Mais il avait grandis avec des démons. Ces mêmes créatures que ma propre soeur, si douce à l'époque et maintenant si cruelle et si désireuse de pouvoir. Ses instincts et son passé étaient revenu vers elle, et je n'avais aucune certitude que ce ne serait pas la même chose pour l'homme qui se tenait maintenant derrière moi. Je n'avais aucune certitude que ce n'était pas justement ce que j'avais vu.

Mais de l'autre côté, et ce depuis toujours, je l'aimais. Je l'aimais, et ça me faisait mal de craindre tout ça. Et si nous avions eu un enfant trop vite? Et si c'était parce que je n'avais pas eu le temps de prendre soins de lui assez avant que Meril chamboule nos vies? Et si c'était parce que tout était allé si vite et que nous n'avions pas eu le temps de guérir de nos blessures, l'un comme l'autre, avant de fonder une famille et former un vrai couple? Mais le mal était fait maintenant. Et il n'avait absolument rien fait dans les six derniers mois pour arranger la situation. Seulement se séparer mentalement et physiquement de moi. Mettre un mur si solide que même cette caresse délicate à mon attention ne le secouait plus. Il en faudrait du temps pour réparer les verres brisés.


-Tu te souviens quand je t'ai dit que je voulais te montrer la lumière? Peut-être qu'on a pas eu assez de temps. Ou peut-être que je ne suis pas la bonne personne pour le faire.

~~~~~~~~~~~~

Une nouvelle pouce de vie ~



Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me like stars in the sky...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir D'al Senir
Victime du paranormal
avatar

Féminin Poissons Rat
Messages : 247
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 21
Localisation : Errant à travers Moonlight ...
Fiche de présentation : ICI
Fiche de relations : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 150 ans elfiques, 19 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mar 20 Déc 2016 - 23:29



Comme il l'avait imaginé, Elfée se dégagea de sa faible emprise pour faire volte-face et lui tourner le dos. Elle se mit ensuite à pleurer à chaudes larmes. Il avait tellement envie de l'entourer de ses bras protecteurs et de lui murmurer que tout irait bien, qu'ils allaient recommencer à zéro, mais alors qu'il se rapprochait d'elle, il fut stoppé net par ses mots, qui le glacèrent. Elle lui avoua alors penser qu'ils étaient allés trop vite tous les deux, et qu'elle n'était peut-être pas la bonne personne, pour le ramener dans la lumière. Le visage de Dagnir se mua dans une expression glaciale et sombre.


- Alors voilà, on y est. Annonça-t-il presque mécaniquement.

Tout ce qu'il avait redouté était maintenant là, devant ses yeux. Elle lui tournait le dos, elle le rejetait et insinuait ne plus rien avoir à faire à ses côtés. Sauf qu'il était hors de question pour lui de la laisser partir. Parce que c'était elle et pas une autre. Elle avait su réchauffer son coeur de glace, il avait enfin pu recommencer à sourire avec elle. Elle était vraiment sa lumière, il en était persuadé. Mais devant son attitude, il ne parvenait plus à avoir un beau discours, c'était trop dur.


- Un petit accrochage et on parle déjà de rupture. Et bien, je ne pensais pas que tes sentiments étaient si faibles à mon égard. Je suis vraiment déçu.

Il soupira. Son ton était devenu las, comme s'il venait de baisser les bras, mais en fait, il cachait sa tristesse derrière ce genre de comportement. Et très vite, son regard se releva sur elle, animé d'une certaine lueur de colère. Pourtant, il restait parfaitement calme. Il venait juste d'avoir une image très désagréable dans la tête. Celle d'un homme prenant Elfée dans ses bras et la faisant rire à sa place. Si ça se trouvait, c'était ça la raison, tout simplement.

- A moins qu'il y ait quelqu'un qui t'ai fais changé d'avis. Auquel cas je préférerai que tu sois honnête avec moi. Lui demanda-t-il avec une voix plus autoritaire qu'il ne l'aurait voulu.

Son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine et ses sentiments étaient entremêlés, entre colère, tristesse, rancœur, et l'immense amour qu'il pouvait éprouver à son égard. Il n'avait jamais voulu lui faire du mal, son seul et unique souhait avait toujours été de la protéger et de la rendre heureuse. Et pour cela, il lui avait offert une famille et promis de toujours vivre auprès d'elle, quelque soient les épreuves. Il s'y était tenu, mais apparemment, cela ne suffisait plus.


- On a quand même fais un enfant, je n'ai pas l'impression que tu saisisses toutes les répercussions de ce que tu es en train d'insinuer.

Car en effet, si elle décidait de partir et de lui enlever Meril à tout jamais, Dagnir se murerait dans l'obscurité, il retrouverait ses vieux démons et il sombrerait. Et ça, il fallait à tout prix l'éviter, pour le bien de tous.

~~~~~~~~~~~~
¤ RPs en cours : Quand le passé rattrappe le présent ... ~ Don't tell me you are ... Mother ?

~ Elfe de la lune ¤

Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me, like the moon in the sky ... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfée Manuelle
Victime du paranormal
avatar

Féminin Gémeaux Tigre
Messages : 260
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 19
Localisation : Proche des arbres...
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 200 ans elfiques, 23 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mer 21 Déc 2016 - 19:57

Dans mon dos, je le sentis se rapprocher de moi, comme si une nouvelle fois il tenterait de me prendre dans ses bras pour me consoler ou je ne sais trop. Aurais-je résister une nouvelle fois, si il avait complété ses pas? Mais bien vite il stoppa son geste et se relâcha, comme résigné. Il me balança à la tête qu'il était déçu de voir que mes sentiments à son égard étaient aussi faibles. Il ne comprenait pas, mais allait-il comprendre un jour qu'en fait, mes sentiments pour lui étaient plus forts que tout?

Mais malgré tout, il s'en balançait. Son intonation était celle de quelqu'un qui avait déjà abandonner la partie. J'aurais pu le lui remettre au visage, ses paroles, qu'au moindre accrochage entre nous, c'était perdu. Au fond, ce n'étaient pas mes sentiments qui faisaient défauts ici, peut être qu'en fait, c'étaient les siens. C'était fou comment son attitude envers la vie, celle de guerrier accomplis, de combattant hors paire, une attitude de quelqu'un qui n'abandonne jamais était différente quand il en venait à moi.


-Tu ne comprends pas...

Ses paroles suivantes eurent l'effet d'une bombe sur moi. Il me demanda si c'était parce qu'il y avait quelqu'un d'autre et qu'au quel cas, il voulait le savoir immédiatement, m'accusant au passage de ne pas être franche avec lui. Je me sentis insulté et blessée, parce qu'en plus il ne me faisait pas confiance au niveau de ma fidélité.

Parce qu'en même temps, chez les elfes, c'était normal pour une femme d'avoir plusieurs partenaires et de ne pas être exclusive. Et à maintes fois cette été, je m'étais trouvée en compagnie d'homme avec qui il m'aurait été aisé de le tromper. Mais mes sentiments restaient forts et n'avaient pas faiblis, aussi bien que je n'aurais tout simplement pas été capable de faire une tel chose. Je n'avais jamais perdu espoir de le retrouver. Aurait-il été mieux pour moi de mettre tout ça de côté et d'assouvir mes pulsions, sachant que de toute façon, il s'en fouttait?


-Parce que tu crois vraiment qu'il est là, le problème?

Je ne voulais pas crier, mais malgré moi, ma voix s'était élevé. Je lui fit face de nouveau, les poings serrés et le souffle court, des larmes de rage dans mes yeux mauves bouffis. Lorsqu'il parla de nouveau, ce fut pour me dire cette fois que désormais nous avions un enfant et que je ne devais pas saisir toutes les répercussions de ce que j'avançais.

-De toute façon, tu t'en fou.

Je ne savais pas ce qui faisait le plus mal; lui doutant de mes sentiments ou lui ne s'en préoccupant pas vraiment. Sa voix froide et aiguisé comme un couteau ne parviendrait certainement pas à m'adoucir, au contraire.

-Je t'ai emmener dans une vie qui n'était peut-être pas fait pour toi, et je m'en veux. J'ai été sote de croire que je pouvais te faire changer, que tu changerais pour moi.

Et je baissai les yeux en signe de résignation, à mon tour.

~~~~~~~~~~~~

Une nouvelle pouce de vie ~



Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me like stars in the sky...:
 


Dernière édition par Elfée Manuelle le Mer 21 Déc 2016 - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir D'al Senir
Victime du paranormal
avatar

Féminin Poissons Rat
Messages : 247
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 21
Localisation : Errant à travers Moonlight ...
Fiche de présentation : ICI
Fiche de relations : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 150 ans elfiques, 19 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mer 21 Déc 2016 - 22:24

Sincérité.

Elfée n'en démordait pas. Elle restait campée sur ses positions, persuadée d'avoir raison en tous points, et pour elle, c'était Dagnir qui ne comprenait rien à la situation. Pourtant, ce dernier avait bien l'impression d'être le seul à être lucide dans cette pièce, d'autant qu'il doutait qu'elle ait les idées très claires en ayant bu, mais passons.


- Si je ne comprends pas alors explique toi plus clairement, parce que j'avoue que j'ai un peu de mal à te suivre.

Puis lorsqu'il avait abordé le fait qu'elle puisse le tromper avec un autre, elle dénigra cette possibilité, ce qui rassura quelques peu notre bel elfe, mais ce dernier se raidit lorsqu'elle lui dit que de toutes manières, il n'en avait rien à faire. Elle venait d'ailleurs de lui faire face à nouveau et il pouvait voir dans ses yeux une détermination palpable, malgré qu'ils soient rougis par les larmes. Il en avait mal au coeur de la voir dans cet état, mais il devait lui faire face, sinon ils ne pourraient pas avancer et régler ce conflit tous les deux.

- Pardon ? Tu penses vraiment que je m'en fous, de toi et de Meril ? Alors là j'aurais tout entendu. S'énerva-t-il un peu.

Elle était en train d'insinuer qu'il ne donnait aucune importance aux deux seules personnes qui lui donnaient envie de vivre en ce monde, et ça, il ne pouvait pas l'accepter. S'il y avait bien quelqu'un envers qui il faisait preuve de la plus grande honnêteté, c'était bien elle. Elle était la seule à connaître ses forces et ses faiblesses, ainsi que ses parts les plus sombres, et pourtant, elle l'avait aimé, et il espérait qu'elle continue encore de l'aimer en ce jour.


- C'est toi qui ne comprend pas. dit-il avec une voix plus calme.

Il fixa alors quelques instants ses belles pupilles mauves. Il avait envie de la prendre par la main, de la serrer fort contre lui, et en même temps, il était furieux d'entendre tous les reproches qu'elle pouvait lui faire. Savoir que la personne qu'il aime déteste tant de choses en lui était tellement douloureux. Alors il devait en faire de même. Lui dire clairement tous les efforts qu'il avait fait pour elle, pour qu'elle réalise à quel point il était impliqué dans leur relation, contrairement à ce qu'elle pensait.


- Je pensais pourtant avoir tout fait pour changer et pour te plaire. Tu as voulu que l'on vive ensemble, et nous sommes venus habiter ici. Tu as voulu que l'on se marie, et nous sommes fiancé. Tu m'as demandé de m'éloigner, je l'ai fais, tout en continuant à toujours veiller sur vous deux. Tout ce que tu m'as demandé, je l'ai toujours exaucé, alors explique moi, maintenant, pourquoi se serait moi le seul fautif dans l'histoire.

Il était resté très calme pendant tout son discours, et n'avait pas lâché son regard des yeux. Parce qu'il était plus sincère que jamais, et même s'il insinuait qu'elle avait aussi ses torts, il reconnaissait ne pas être parfait. Il avait encore beaucoup à apprendre des sentiments et des relations, mais il était prêt à continuer de travailler, pour s'améliorer, et pour vivre, tout simplement.

~~~~~~~~~~~~
¤ RPs en cours : Quand le passé rattrappe le présent ... ~ Don't tell me you are ... Mother ?

~ Elfe de la lune ¤

Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me, like the moon in the sky ... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfée Manuelle
Victime du paranormal
avatar

Féminin Gémeaux Tigre
Messages : 260
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 19
Localisation : Proche des arbres...
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 200 ans elfiques, 23 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Mer 21 Déc 2016 - 23:51

Lorsqu'il commença à se fâcher, je dois avoué que je commençai à me calmer. Parce qu'ainsi, il joignait la parole à l'action en me disant qu'il ne s'en moquait pas, et au moins, j'avais gagné ce peu de terrain; au moins nous allions dans la même direction. Il se calma un peu en revanche, en me rétorquant que c'est moi qui ne comprenait pas. Et en fait, il avait peut-être bien raison. Je ne comprenais pas ce qui nous avait mené à tout ça, je ne comprenais pas ce qui nous poussait à bout ainsi et je ne comprenais pas pourquoi c'était important de le comprendre. Tout ce que je voyais, c'était Meril déchirée. Et une grosse partie de la rancœur que je portais en ce moment n'était pas envers lui, mais bien envers moi.

Car j'avais bien délaissé Meril dans cette histoire, et même si Dagnir arborait aujourd'hui ce côté bienveillant avec sa fille, je n'étais plus là et je ne savais pas à quel moment le vent pourrait tourner et ma vision se réaliser. Alors non, il n'était pas le seul fautif dans cette histoire. J'avais des responsabilités que j'avais fuis lorsque tout commençait à mal aller, et ce n'était pas digne d'une mère, j'en étais bien consciente.

Il m'avoua qu'il pensait avoir tout fait pour me plaire. Avoir emménager, nous être fiancés, et même prendre du recul lorsque je le lui avais demandé, sans toute fois arrêter de veiller sur nous. Ses yeux étaient brûlants dans mon regard et cette fois ils avaient perdu cette froideur de tout à l'heure et étaient devenus insistants, et somme toute sincères. Il y eut un long moment de silence chargé d'orgueil, pendant lequel je réfléchissais à une réponse qui ne semblait pas me venir. Je voulais préserver notre relation, je voulais assurer la sécurité de ma fille, je voulais qu'on soit une véritable famille, mais j'étais tannée de me battre. Car avant cela, je m'étais battus pour lui, et encore avant, pour mes sœurs, et encore avant, et encore avant. Je n'avais jamais cessé de me battre pour ce que je voulais et j'étais tannée.

J'étais loin de me douter que je n'étais pas au bout de mes peines.

Il y eu un bruit étouffé que seuls mes sens d'elfes arrivèrent à capter. Et l'alcool étant ce qu'elle est, j'eus du mal à réagir. Je ne compris pas sur l'instant d’où cela pouvait bien venir alors je me mis a faire le tour de la maison. Peut-être que cela venait du dehors? Peut-être une fête dont nous n'avions pas entendu parler qui venait de se terminer, et c'était les invités qui revenait chez eux? Ce ne devait pas venir d'ici. La nuit était sombre et calme, et ma tête embuée.
Et lorsque j'ouvris la porte de la chambre de ma fille, d'abord, je remarquai la fenêtre ouverte. Elle l'était toujours. Puis lorsque je me précipitai sur le berceau, je vis une légère trace de sang vermeille sur le couvre-lit blanc.

Un papier jauni et brulé volait encore dans l'air, seule autre trace de l'agression. Aucun mouvement dans la forêt qui aurait pu montrer que les agresseurs venaient de là, ou même y étaient repartis. Le cri qui s'échappa de mes lèvres était ridicule et dérisoire. Et la bouffée de culpabilité qui me traversa me fit perdre la tête, voir des étoiles, et tomber dans un gouffre noir et sans fin.

C'était le début de ma vision.

~~~~~~~~~~~~

Une nouvelle pouce de vie ~



Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me like stars in the sky...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir D'al Senir
Victime du paranormal
avatar

Féminin Poissons Rat
Messages : 247
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 21
Localisation : Errant à travers Moonlight ...
Fiche de présentation : ICI
Fiche de relations : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 150 ans elfiques, 19 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Jeu 22 Déc 2016 - 0:29

Malheur.

Il n'y eut aucune réponse, aucun geste, rien du tout, face à tout ce que venait de déblatérer Dagnir. La jeune femme s'était contenté de le fixer dans les yeux, mais il avait très bien su lire dans son regard la culpabilité et la honte qu'elle ressentait. Elle était tout à fait consciente du mal qu'elle avait fait, et qu'elle avait été vraiment imprudente, à laisser Meril toute seule sans surveillance. Puis finalement, après quelques seconde, il pu y voir aussi une certaine fatigue, ou plutôt, de la lassitude. Comme si tout ceci n'avait aucun sens. Après tout, elle avait quitté un conflit avec ses sœurs et elle se retrouvée encore confronté à des problèmes, alors que tout devrait aller pour le mieux. Dagnir eut alors un élan vers elle, mais alors qu'il allait refermer ses bras sur ses épaules, un bruit le fit tressaillir et instantanément, il se retourna vers la porte fermée dans son dos. Celle de leur chambre, où il avait couché Meril il y a seulement quelques minutes. Il alla ouvrir la porte sans tarder, et Elfée arrivait à peine, n'ayant apparemment pas compris que le bruit venait de là. C'est alors qu'il se glaça.


- C'est pas vrai... Laissa-t-il seulement échapper dans un souffle.

La fenêtre toujours ouverte, il ne vit que de fines étincelles disparaître, comme si un feu venait de s'éteindre. Instantanément, il ressentit des ondes maléfiques résiduelles dans la pièce. Cela ne faisait aucun doute qu'un démon venait de disparaître dans les flammes aussi vite qu'il était apparu. Son regard se posa immédiatement sur le berceau, désormais vide. Il s'approcha lentement, comme redoutant ce qu'il avait pourtant très bien compris. Il y avait une trace de sang sur les draps blancs brodés au prénom de Meril. Il attrapa le tissu entre ses doigts pour le porter à son visage, et reconnu très bien l'odeur de sa fille.


- Elle est blessée. Il faut vite la retrouver. Elle a beau être une elfe et pouvoir guérir d'elle-même, elle est encore très jeune alors...

Il ne pu pas même finir sa phrase qu'il entendit un bruit sourd derrière lui. Il se retourna et vit alors Elfée effondrée à terre. Elle venait de sombrer dans l'inconscience, certainement à cause du choc et du mélange avec l'alcool.

- Et merde ! Jura-t-il.

Il se précipita alors sur la jeune femme et essaya de la secouer un peu en l'appelant, mais elle ne répondait pas. Il mourait d'envie de courir à l'extérieur pour se mettre à la recherche de Meril, mais il serait totalement à l'aveugle, ça ne servirait à rien. De plus, il ne voulait pas laisser Elfée inconsciente et toute seule ici. Si ça se trouvait, elle tenterait un acte désespéré et c'était vraiment la dernière chose qui devait arriver.


- Bon sang Elfée, ouvre les yeux, ta fille a besoin de toi, maintenant !

Comme pris d'un violent instinct de survie, pour sa fille, il asséna une bonne gifle à sa fiancée, espérant que cela lui ferait enfin ouvrir les yeux. Elle était de bonne constitution, alors cela devrait suffir à la réveiller et en même temps, lui remettrait sans doute les idées bien en place !

~~~~~~~~~~~~
¤ RPs en cours : Quand le passé rattrappe le présent ... ~ Don't tell me you are ... Mother ?

~ Elfe de la lune ¤

Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me, like the moon in the sky ... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfée Manuelle
Victime du paranormal
avatar

Féminin Gémeaux Tigre
Messages : 260
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 19
Localisation : Proche des arbres...
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 200 ans elfiques, 23 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Jeu 26 Jan 2017 - 15:41

J'aurais été mieux dans la noirceur.

Rester dans ce monde de confusion et d'oubli, pour ne pas faire face à ce qui m'attendait. Mais la douleur finit toujours par venir nous chercher, au moment où on le désire de moins. Alors ce fut la culpabilité qui vint me chercher en premier, me ramenant à une première couche de conscience, et j'en oubliai les derniers instants avant de perdre connaissance, me ramenant à l'altercation avec Dagnir. Mais la sobriété fut la deuxième à venir me chercher et me ramena sur une deuxième couche de conscience où je pu entendre ce qui se passait autour de moi. Je me rendu compte que Dagnir était vraiment très près de moi et qu'il me criait aux oreilles de me réveiller car ma fille avait besoin de moi. Puis finalement, ce fut la douleur physique qui vint me chercher en dernier. En ouvrant les yeux, je compris que le bel elfe m'avait asséner une gifle puissante, mais c'était bien ce qu'il fallait pour me remettre sur pied. Je me frottai les tempes un peu mais me remit vite sur pied, toujours un peu tremblante. Les effets de l'alcool s'étant dissipés maintenant, il me fut plus aisé de retrouver ma stabilité.

Puis Meril me revint en tête et j'eu de nouveau le tournis, mais cette fois, je ne faiblis pas. En projetant mes sens vers la forêt, je me rendis compte qu'il était inutile de tenter d'y chercher quoi que ce soit puisque les agresseurs étaient déjà ailleurs, disparus. Que lui était-il arriver, où était-elle? Tout ça était de ma faute, complètement. J'avais baissé ma garde un peu trop longtemps, assez pour qu'elle me file entre les doigts. Et qui c'était, cette fois-ci? Lylianne une nouvelle fois, ou bien une autre manigance horrible? Je devais bouger rapidement, il n'y avait pas de temps à perdre.

En quelque pas, j'atteignis la porte d'entrée de la chaumière et sortis de là. Je n'avais aucune idée de ce que j'allais faire, mais la pensée qui m'était venue en tête durant l'après-midi me revint comme un coup de fouet. Il nous fallait de l'aide, et rapidement. Oui, j'étais avec un combattant hors paire, mais je ne savais pas dans quoi je m'embarquais, et on parlait bien de ma fille ici, alors n'importe quelle mesure démesuré me semblait encore trop faible. Et puis, ces filles-là aussi étaient de bonnes combattantes. En fait, nos pouvoirs étaient décuplés lorsque nous étions ensemble. Mes sœurs n'avaient pas encore retrouver toute leur sympathie à mon égard, mais j'avais besoin d'elles cette fois. Et j'espérais que ce seul fait saurait nous lié, quitte à ce que ce soit pour la dernière fois.

Ces réflexions baignaient dans ma tête tandis que je courrais à travers la forêt, sautant d'arbre en arbre, me précipitant vers le grand lotissement. Il n'y avait aucune autre trace à suivre pour le moment, en mon sens c'était le meilleur endroit où commencer. En arrivant là bas, le soleil commençait à se lever sur une journée ensoleillée. On pouvait bien compter sur la météo pour ne pas se rendre compte que la fin du monde était tombée sur terre, comme toujours. Je savais néanmoins que les filles ne seraient pas au lit et donc je m'avançai résolument à travers les petites rues du quartier. Je ne savais pas si Dagnir allait approuver ce plan, mais plus j'avançais, plus mon esprit s'éclaircissait et plus je m'en foutais.

J'arrivai enfin à ce grand manoir qui m'avait autrefois héberger. Ce manoir impressionnant au bout d'une rue luxueuse où les maisons n'avait pas de prix. Celui la était le plus impressionnant de tous. La façade était complètement vitrée et de grandes colonnes encadraient la porte d'entrée. Un chemin de pierres menait à des escaliers avant celle-ci, mais lorsque j'arrivais à la porte et que je me buttai au heurtoir, je ne sus plus quoi faire, comme si chaque parcelle de moi-même me conjurait de retourner et de partir. J'étais complètement déchirée, mais pour la première fois depuis que j'étais partie, j'avais besoin d'elles. J'avais besoin de mes sœurs comme j'avais besoin d'air et cette réflexion me faisait paniquer. J'étais la fiancée d'un elfe et mère d'une autre, une vie que j'avais complètement forger sans elles. Malgré tout je me retrouvais la, à implorer leur aide car il n'y avait pas d'autres façon de s'en sortir. Je le savais. Restait juste à voir comment elles allaient réagir.

Je frappai, remplie d'une nouvelle détermination. Je chassai mes peurs et allais de l'avant. C'était enfin le moment de le faire, d'ailleurs.

C'est la jeune Amélia qui vint me répondre. J'eus un instant d'hésitation par contre car il était vrai que je ne la connaissais pas énormément, mais je me déraidis lorsque je vis son minuscule dragon sur son épaule. Elle me laissa entrer de bonne grâce et le spectacle que je vis me désola.
La maison était dans un piteux état, mais c'est ses habitantes qui me laissa le plus sans voix. Ukia et Tatiana étaient assises sur le divan du salon, ce fut leurs cheveux sales et puants que je vis en premier. Leurs yeux étaient vides d'expression et leurs corps étaient maigres et abîmés comme si elles n'avaient plus mangé depuis trop longtemps. Elles portaient des robes de leur couleur respective qui semblaient avoir connu de meilleurs jours, tachées même par endroit. Lorsque je vis leur verre dégageant de fortes vapeurs d'alcool dans leur mains, j'eus un profond sentiment de mal aise.

Nous avions beau être séparées, nous étions liées, et ça, c'était indéniable. Leur malaise, je le ressentais aussi. Leur désespoir était lié au mien et nous étions ensemble toujours, malgré le fait que nous étions en profond conflit.

Elles levèrent les yeux vers moi et je flanchais. De grosses larmes coulaient sur mes joues. Elles étaient loin d'être en mesure de pouvoir m'aider à retrouver Meril. Je me demandais même si elles n'allait pas être capable de simplement faire quelques pas devant elles. Mais cette fois j'avais besoin d'elles.


-Qu'est-ce que tu fais là?me demanda Tatiana d'une voix pleine de reproches.

Mais c'était trop lourd. Tout était trop lourd. Je n'arrivais plus à parler.


~~~~~~~~~~~~

Une nouvelle pouce de vie ~



Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me like stars in the sky...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagnir D'al Senir
Victime du paranormal
avatar

Féminin Poissons Rat
Messages : 247
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 21
Localisation : Errant à travers Moonlight ...
Fiche de présentation : ICI
Fiche de relations : ICI

Identité magique
Race: Elfe
Age: 150 ans elfiques, 19 ans en apparence
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   Ven 27 Jan 2017 - 16:20

Violence.

Elfée ne tarda pas à ouvrir les yeux, fort heureusement. Les mots de Dagnir avaient semblé lui faire retrouver ses esprits, puisque dès qu’elle ouvrit les yeux, ses sens se mirent en alerte, à la recherche de sa fille autour d’elle. Mais il était bien trop tard, elle était déjà loin, et il valait mieux ne rien imaginer à son sujet pour ne pas avoir encore plus l’esprit embrouillé. Le bel elfe fixa sa compagne, ne sachant quoi dire ou faire tant la situation était alarmante et tant il étaient impuissants, mais alors qu’elle se leva et se dirigea vers la porte, il se hâta de la suivre. Hors de question de la laisser livrée à elle-même vu son état, il voulait, encore et toujours, la garder à l’oeil. Mais alors qu’ils se retrouvaient tous les deux à l’extérieur et qu’elle se mettait à courir à travers la forêt, Dagnir sentit que quelque chose n’allait pas. Elle ne cherchait pas, elle savait parfaitement où elle allait, mais surtout, Dagnir ne sentait absolument rien qui puisse lui rappeler Meril et les mener dans cette direction. Et plus les minutes filaient, plus ils se rapprochaient du centre ville. Il ne comprenait pas ce qu’elle était en train de faire, et il avait envie de la stopper pour la secouer un bon coup et lui faire retrouver la raison. Mais alors qu’ils arrivaient près du lotissements, son sang se glaça. Elle n’allait tout de même pas retourner voir ses sœurs, pas maintenant, pas après tout ça…

Il la vit entrer dans son ancienne maison, mais il resta à l’extérieur, figé et interdit. Il ne comprenait rien. Il ne la comprenait plus. Si tenté qu’il l’ait déjà comprise… Ses sœurs lui avaient fait les pires horreurs, avaient voulu l’empêcher de fréquenter celui qu’elle aimait, avaient voulu la priver de ses rêves et de ses aspirations juste pour la garder auprès d’elles. Et elle, tout ce qu’elle trouvait à faire, la seule solution à toute cette histoire, c’était de retourner voir ses bourreaux… Dagnir avait l’impression d’halluciner. C’était comme si lui retournait auprès des démons qui l’avaient torturé pendant son adolescence. C’était du suicide. ou alors, c’était ça qu’elle désirait. Elle n’éprouvait plus aucune envie de vivre, sa seule raison de vivre venait de lui échapper, alors voilà la solution de facilité...


- Je ne te laisserai pas faire ça... Murmura-t-il à lui-même.

Les poings serrés, Dagnir se dirigea vivement vers l’intérieur de la maison, et dès qu’il passa le pas de la porte, une vive odeur repoussante lui souleva un haut-le-coeur. L’alcool, encore et toujours… Il s’avança en déglutissant difficilement et vit Elfée tombée à genoux sur le sol, en larmes. Son regard se tourna vers le salon, dans lequel se trouvait deux de ses sœurs, dans un piteux état, en train de boire quelque chose d’apparemment très fort. Tatiana demanda alors d’une voix extrêmement sèche à Elfée ce qu’elle venait faire ici, et l’intonation de sa voix provoqua en notre jeune homme une profonde envie de violence, qu’il réprouva non sans mal, du-moins pour le moment.


- Quel spectacle affligeant... Murmura-t-il en soupirant.

Il détourna alors son regard des deux jeunes femmes pour aller s’agenouiller devant Elfée et il la prit doucement dans ses bras, comme pour l’empêcher de voir toute la détresse et la noirceur qui régnait en ces lieux, et comme il l’aurait fait avec une enfant, finalement. Car même s’il s’agissait de deux créatures bénéfiques à la base, l’atmosphère qui se propageait dans cette maison était bel et bien désastreuse.


- Partons d’ici, ça ne nous avancera à rien de les voir s’auto-détruire, et tu le sais, lui intima-t-il d’une voix calme pour qu’elle cesse de pleurer.

Au fond de lui, Dagnir avait envie d’exploser. Il avait en lui une rage, une tristesse et une rancœur palpables, et il n’avait qu’une envie, c’était trouver quelqu’un sur qui il pourrait déchaîner sa colère. Tout ce qui lui permettait de contenir cette fureur, c’était son amour encore puissant pour Elfée. Parce que malgré tout, il ne pouvait que l’aimer. Elle était la seule à lui avoir fait comprendre ce qu’était l’amour, et elle serait toujours la première, quoi qu’il puisse arriver. Certes, il lui en voulait, mais ses sentiments restaient intactes, d’autant plus depuis que la petite Meril existait. Parce qu’il y avait désormais sur cette terre une preuve concrète de leur amour. Et il devait la protéger, comme il s’était promis de toujours protéger sa promise. Cette famille était la sienne, il ne pouvait pas se permettre de la perdre une nouvelle fois. Parce que si c’était le cas, il ne pourrait réellement plus s’affronter lui-même, et il n’osait imaginer ce qu’il pourrait se passer si cela arrivait.

Elfée était inconsolable, et la voir dans un état pareil lui était insupportable. Le coeur lourd, il resserra son emprise sur la jeune elfe qui ne semblait pas vouloir se calmer et caressait doucement sa tête en la berçant un peu. Il fallait qu’elle se reprenne, mais il comprenait que ce soit dur. Parce qu’elle se retrouvait face à ses propres démons, et voir la vérité en face devait être une lourde épreuve. Mais c’est alors qu’un bruit sourd le fit sursauter. Un bruit de verre brisé. Il se retourna légèrement sans lâcher Elfée mais pour voir ce qui se tramait derrière lui, et il se figea lorsqu’il vit Tatiana, debout, à seulement deux mètres d’eux, une bouteille brisée à la main. Son visage affichait une expression glaciale.


- Ne fais pas l’idiote, pose-ça, lui demanda-t-il d’une voix autoritaire mais sans crier.

Mais la jeune femme ne sembla pas l’entendre et s’approcha lentement, comme une poupée désarticulée commandée à distance. Dagnir la fixa, mais lorsqu’il sentit qu’elle allait s’élancer vers eux, il lâcha Elfée et se redressa pour faire barrage. Le verre brisé l’entailla à l’épaule, mais il resta planté devant elle, comme un mur.


- Je ne te laisserai pas l’atteindre, et si tu veux te défouler sur moi, vas y, je t’en prie. Mais je ne promets pas de ne pas me défendre. Répliqua-t-il tandis que son regard gris devenait de plus en plus sombre et que son aura magique devenait oppressante.

~~~~~~~~~~~~
¤ RPs en cours : Quand le passé rattrappe le présent ... ~ Don't tell me you are ... Mother ?

~ Elfe de la lune ¤

Love is hard to find, love is hard to keep, but love is in me, like the moon in the sky ... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Where are we now? [PV Dagnir]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where are we now? [PV Dagnir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dagnir O Naur Le bon vivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ~ In Moonlight City ~ :: Les abords de la ville :: La forêt :: Les villages elfiques-
Sauter vers: