AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voyage, voyage... [PV Tatiana Manuelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan Ligiel
Jeune magicien
avatar

Masculin Capricorne Cheval
Messages : 8
Date d'inscription : 20/12/2014
Age : 26
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Mi ange mi sorcier
Age: 21 ans
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Voyage, voyage... [PV Tatiana Manuelle]   Dim 21 Déc 2014 - 4:55

Après s'être remis de la lettre de sa mère, le soleil pointait déjà le bout de son nez. Il n'avait pas dormi de la nuit et cela se voyait à son visage de déterré. Il quitta la maison avec Glow sur son épaule pour retourner chez madame Powell, la voisine si accueillante. Celle-ci préparait déjà le petit déjeuner alors que tout le monde dormait encore.

- Mauvaise nuit ? demanda-t-elle en voyant les larges sillons qu'avaient laissés ses larmes.
- On peut dire ça oui, dit-il dans un murmure à peine perceptible.
-  Oh mais tu as retrouvé ton chaton ! s'exclama-t-elle d'une voix enjouée, essayant de masquer sa propre tristesse.

Ses parents et elle avaient toujours été plus ou moins proches. Si bien que Nathan la considérait un peu comme une tante. Il s'affala à moitié sur la table, la tête posée sur ses bras croisés. Une odeur agréable de pancake se répandait dans la pièce. Voyant qu'il ne répondait pas, elle se glissa derrière lui et l'enserra dans une étreinte maternelle. De nouveau, il ressentait la même chaleur que lorsqu'il avait retrouvé Glow.

- Je sais ce que ça fait…

En effet, si Nathan se souvenait bien, elle avait perdu son mari cinq ans plus tôt dans un horrible accident de la route en revenant de son travail. Un automobiliste n'avait pas respecté une priorité de droite. Un simple détail qui lui montrait que la vie humaine ne tenait qu'à un fil. Mais lui n'était pas humain, pas plus que sa sœur ou même ses parents. Il était impensable qu'ils aient pu mourir aussi facilement, les laissant seuls et abandonnés.

- Va te débarbouiller, conseilla-t-elle. Tu ne voudrais pas que ta sœur te voie dans cet état.

Elle avait raison, Cassy comptait sur lui, il ne devait pas flancher. Pas maintenant, surtout pas maintenant. Il acquièsça silencieusement et se rendit dans la salle de bain. Lorsqu'il en revint tout le monde était déjà à table, madame Powell et ses deux enfants ainsi que Cassy. Tout ce petit monde s'affairait tranquillement autour de la table à manger, comme si de rien était, comme si quelques rue plus loin, rien ne s'était passé. Cela lui fit mal mais il prit sur lui et s'installa.

- Nous allons partir, laâcha-t-il d'un seul coup au milieu du repas.
- C-comment ça partir ? Où iriez-vous ? questionna Mme Powell.
- Nous avons de la famille en Allemagne, mentit-il.
- Vous les connaissez ?
- Oui, on les a vu plusieurs fois. Je les ai contactés pour leur dire…
- Oh mon chou, ça n'a pas dû être facile.

Cassy n'avait pas décollé de son assiette pour le reprendre sur son mensonge, elle continuait vaguement de manger son pancake, ou alors jouait-elle simplement avec ?

- Mais vous n'irez nulle part… continua Mme Powell. Du moins tant qu'on aura pas été à la cérémonie.

La cérémonie avait lieu le lendemain. Nathan avait souhaité partir avant, il ne voulait pas être confronté à tous ces gens qui s'apitoieraient sur leur sort. Il ne voulait pas de leur pitié. Refuser pouvait paraître louche, aussi il capitula devant la requête. Il remettrait leur voyage au lendemain après midi.

Le reste de la journée se passa sans encombre. Le lendemain maint, il s'isola avec Cassy pour lui parler de la dernière lettre que sa mère avait écrite et de la manière dont ils partiraient quand elle le coupa.

- J-je ne me rappelle plus… sanglota-t-elle.
- Je sais, je sais mais les médecins ont dit que ça irait mieux avec le temps…
- Non, tu comprends pas… Je... me rappelle plus de maman ou papa.
- Comment ça, tu ne t'en rappelle plus ?
- Leurs visages, leurs voix, tout ! Je ne m'en souviens pas, éclata-t-elle. Chaque fois que j'essaie, je… je bloque. Comme si on interdisait tout accès à cette partir de mon cerveau.

La nouvelle surprit Nathan, il ne s'attendait pas à ça… Il ne savait que répondre, il ne trouvait pas les mots… Mme Powell les appela pour la cérémonie sans qu'il n'ait pu prononcer le moindre son. Ils descendirent, déjà habillé de noir et partirent pour l'église.

La cérémonie fut longue, très longue. Il sentait les regards tournés vers lui tandis que le prêtre continuait son sermon. Ils passèrent ensuite à l'enterrement qui dura tout aussi longtemps puis il fallut se coltiner les condoléances de chacun avant de pouvoir finalement rentrer.

En rentrant, ils préparèrent leur affaires. Il avait dit à Mme Powell qu'ils partiraient assez tôt car le voyage allait être long. Ils étaient déjà retournés prendre ce qu'ils avaient pu dans les ruines. Il avait récupéré son violon qui, bien enfermé dans son étuis, n'avait subit aucun dommage. Il déplorait l'état du piano qui avait beaucoup souffert au cours de l'incendie. La plupart des notes ne fonctionnaient plus ou avec une sonorité étrange. Il retourna dans la chambre de ses parents et pris le cadre qui trônait toujours sur la table de chevet et dans lequel on pouvait contempler une photo de ses parents qui datait de plusieurs années, quand lui était encore petit. Peut être cela permettrait-il à Cassy de retrouver la mémoire.

Ils se retrouvèrent à la cave, devant la « porte interdite » comme ils l'appelaient. Ils n'avaient jamais pu aller de l'autre côté, il s'agissait du jardin secret de sa mère et personne d'autre qu'elle n'y avait accès. D'ailleurs, le sceau sur la porte était là pour s'en assurer.  Sa mère excellait dans l'art des sceau, une magie écrite qui permettait pas mal de chose, notamment des barrières de protection avec déclenchement automatique en fonction de l'environnement.

Il toucha prudemment le sceau, connaissant les risques qu'ils encourait si jamais ils n'étaient pas les bienvenus. Celui-ci explosa en poussière comme l'avait fait celui de la lettre, laissant le passage libre d'accès.

Les deux jeunes accompagné de Glow pénétrèrent dans la pièce. Nathan sortit le deuxième mot indiquant les préparatif à faire pour rejoindre Moonlight-City. D'après elle, il suffisait simplement d'entrer dans le cercle au fond à droite de la pièce et de prononcer le mot de commande. Tandis qu'il lisait cela, sa sœur avait déjà progressé dans la pièce, s'émerveillant devant le nombre de livres et d'objets bizarres dont l'utilité lui échappait totalement.  

Nathan vit le seconde enveloppe sur un bureau, il la prit et entendit un bruit de verre cassé et aperçu sa sœur dans le fond de la pièce se tenant la main. En approchant, il remarqua qu'elle avait renversé une flasque contenant un liquide visqueux… juste à côté du cercle ! Nathan savait que le point faible des sceau de sa mère résidait dans la structure sur laquelle ils étaient apposés. Si le liquide était acide, il risquait d'endommager le support magique qui cesserait de fonctionner. Il s'empressa d'essuyer ce qu'il pouvait et comprit son erreur lorsque sa main commença à le démanger. Un acide.  Il passa vite ses mains sous le robinet qui les délivra de l'étrange mucus. Puis revenant vers le fond de la pièce, il contempla la catastrophe : le cercle avait été endommagé. Peut être ne fonctionnait-il plus maintenant…

*Tant pis, se dit-il. On ne va pas en rester là.*

Ils pénétrèrent dans le cercle malgré tout, Nathan portant toujours Glow sur son épaule, et prononcèrent le mot de commande. Soudain le sol disparu de sous ses pieds, il voulu attraper la main de Cassy mais il se rendit compte qu'il ne pouvait bouger et que tout autour de lui devenait flou. Le transfert était en cours d'exécution et il ne pouvait plus rien y faire pour l'arrêter. Il ferma les yeux lorsqu'une vive lumière lui vrilla les yeux. Il sentit un sol mou et chaud amortir sa chute, au deuxième examen, il s'avéra qu'il s'agissait de sable et lorsqu'il rouvrit les yeux, il ne voyait que cela à perte de vue… Le cercle avait bel et bien fonctionné et les avait envoyé quelque part… mais où ? Il se retourna pour voir comment allait sa sœur mais remarqua qu'elle n'était pas avec eux.

- Tu as vu Cassy ? demanda-t-il à Glow.
- Non, répondit le familier. Je pense que les symboles endommagés devaient avoir un rapport avec la destination. Elle doit être quelque part pas trop loin.
- Pourquoi n'a-t-on pas été séparé dans ce cas ?
- Sans doute parce que nous étions en contact au moment de l'activation.
- Il faut la retrouver ! dit Nathan en se relevant. Mais par où aller ?

Nathan regarda à l'horizon mais ne voyait que des dunes ensablées…

- D'après mes souvenirs, réfléchit Glow. Moonlight-City se trouvait au sud d'un désert. Donc, il faut aller au sud.
- Tu y as déjà été ?
- Oui mais c'était il y a bien longtemps, quand Franck y habitait encore.

Le rappel brutal de la réalité le fit s'arrêter quelques instants mais imaginer que sa sœur soit quelque part, seule, le motiva à repartir. Un désert n'allait pas l'arrêter.

- Si tu as trop chaud, fit le jeune homme. Dis-le moi. Je manipulerait la lumière pour que les rayons nous frappent moins.
- Pour le moment ça va, allons-y.

Le chaton se faufila sur l'épaule droite du garçon qui utilisa un des rares vêtements qu'il avait pris pour se faire un couvre-chef de fortune et ainsi se protéger des rayons ardent mais aussi du sable qui volait à chaque petite rafale de vent.

- Direction le sud !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatiana Manuelle
Eleve confirmé
avatar

Féminin Gémeaux Dragon
Messages : 63
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 29
Localisation : Tu ne me chercheras pas de toute façon
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Ange
Age: 25 ans
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Voyage, voyage... [PV Tatiana Manuelle]   Dim 21 Déc 2014 - 20:24

Un cri strident s'échappa de mes lèvres, me réveillant en sursaut. Cela me prit bien quelques minutes à me rappeler ou j'étais mais aussi ou je n'étais pas, et le malheur qui me suivait depuis des jours se rabattit sur moi lorsque cette prise de conscience fut faite. Je me massai les tempes fortement tandis que des grosses gouttes de sueur perlaient encore sur ma peau d'ivoire. La douleur à ma tête était si vive, si violente, que je dû mettre encore plusieurs moment pour que mon regard s'éclaircisse complètement. Celui-ci se posa alors sur mon lit qui était dans un piteux état. De la belle couleur crème qu'était mon couvre-lit habituellement, il n'y avait que du gris ou du jaune sale. De plus, il y avait bien des trous un peu partout dans ce-dit couvre lit, ce qui expliquait sans doute les plumes qui voletaient ça et là dans l'air de la pièce, mêlées à la poussière ambiante, laquelle était plus abondante que d'habitude aussi, il fallait dire.

Oh, ma chambre n'était pas vraiment mieux; pas plus que moi. Des papiers de poésie à peine entamés, tentative désespérée de crier mon état au monde, jonchaient le sol à côté de mouchoirs imbibés de larmes et de verres de vitre qui avaient contenu de bien étranges mixtures en forte teneur en alcool. Et moi... et bien... mes cheveux pendaient mollement autour de mon visage creux. Eux qui avaient été d'un blond presque doré quelques semaines au par avant, les voilà qu'ils étaient croûtés en mèches puantes, retombant sur mon corps bien trop maigre maintenant. Cependant, il y avait bien longtemps que j'avais arrêté de m'en préoccuper, puisque de toute façon, rien ne semblait capable de me sortir de cette léthargie infatigable.

Je me levai de mon lit en titubant, tout mes sens ankylosés par le manque d'activité depuis ces plusieurs jours. Je me dirigeai vers la salle de bain et dû essuyer le miroir avec la manche de mon pyjama avant de pouvoir contempler mon reflet. De grosses cernes marquaient le dessous de mes yeux verts en ceux-ci avaient perdu leur éclat, leur reflet. mon teint était cireux, presque vert et mes cheveux... c'était un désastre. Après m'être aspergé le visage d'eau froide, je sortis de la salle de bain, puis de ma chambre et descendis vers la cuisine, vers l'armoire où était stocké l'alcool de cette damnée maison. La noirceur était encore présente, mais cela ne voulait rien dire pour moi puisque je ne me souvenais même plus l'heure à laquelle je m'étais couchée la veille.. ou l'avant-veille... ou la dernière fois, finalement.

Les bruits de mes pas gauchement exécutés devaient bien réveiller la moitié de la ville mais personne ne sembla remuer dans cette maison éteinte. Je crus entendre un bruissement d'ailes, signe caractéristique d'Haku qui revenait voir sa petite sœur, alors je n'y portai pas vraiment attention. Après avoir renverser l'à peu près totalité de ce qu'il y avait sur mon chemin, j'arrivai à la cuisine. Je me sorti un nouveau vers à scotch, l'un des derniers qui restait dans l'armoire et le posai sur le comptoir. De grosses larmes coulaient tranquillement sur mon visage tandis que je sortais les premières bouteilles que je pu attraper derrière le bar. A peine avais-je entamer la préparation de mon infâme mixture que j'entendis des bruits de pas dans le couloir. Je soupirai intérieurement tandis que la présence marchait en direction de la cuisine, me disant qu'un peu de compagnie ne me ferait pas de tord à cet instant.

J'entendis la porte de la cuisine, puis une douce voix pousser un cri de surprise. Je fini ma préparation bizarroïde et levai les yeux sur une Ukia complètement déboussolée par mon apparence. Je lui souris timidement avant de prendre une longue lampée de mon breuvage qui m'étourdit aussitôt. La caractéristique bouffée de chaleur de l'ivresse vint me donner un peu de moral en me faisant oublier déjà un peu mon mal. Je voyais de nouveau embrouiller, mais c'était plutôt agréable. Je titubai alors de nouveau vers le lavabo et rendis ce que je venais d'avaler, en plus du peu que j'avais dans l'estomac. Le tout barbouilla mes cheveux et mon visage dans un spectacle complètement désolant.

Tel une mère, Ukia accourra à mes côtés en essayant de remonter mes cheveux, mais c'était peine perdu. Déjà, je voyais des étoiles brouiller encore plus mon champ de vision tandis que je tombais dans l'inconscient. Quelques minutes à peine donnèrent à ma sœur le temps de m'installer sur une chaise, me préparer quelque chose à manger et me le servir. Elle se démenait pour moi, mais je trouvais bien cela inutile puisque ça faisait des jours que j'étais coincée dans un cercle vicieux; alcool, larmes, cauchemar et je ne voyais pas le jour ou j'allais m'en sortir. Je fini par avaler le repas un peu trop copieux qu'elle m'avait préparer pendant qu'elle me regardait avec ce regard de désolation qui me faisait me sentir coupable.


-Tatiana...

Elle savait à quel point je souffrais intérieurement. Elle savait comment j'étais blessée et comment j'avais de la misère à me sortir de mon état. Elle me connaissait si bien. Mais alors pourquoi me demandait-elle encore de me battre et ne me laissait-elle pas tout simplement là, à achever ma destruction par moi-même?

Tout avait commencer plusieurs mois au par avant, mais cette histoire, tout le monde la savait déjà. Cette démone, Lylianne... j'avais été ridicule de penser que j'allais pouvoir faire ma vie avec elle. Je l'avais négligée, j'avais oublier de prendre soin de notre amour et un jour, tout s'était écroulé. Ses pulsions que j'avais tenter de garder loin de nous étaient revenues et s'étaient réveillées. Elles avaient pris ma protégée et l'avais amener à vouloir nous tuer, et alors un homme bestial était apparu et nous avions pu nous échapper, puisque sans ménagement, il l'avait tuer. Et le comble du comble, c'était que quelques semaines après tout cela, Elfée s'était sauvée avec lui, et depuis, elle menait une vie calme et paisible. Les rumeurs voulaient même qu'elle ait un enfant de cette créature.

Et bien... Lylianne était revenue. Par une magie que je n'avais pas vraiment compris, elle était réapparu à nous. Cependant, les Manuelle avaient déjà repris leur vie; j'avais rencontrer un garçon que j'avais commencer à fréquenter, nous avions une nouvelle sœur, Amélia et en plus, notre maison avait accueillit une ange, notre voisine, et sa sœur. Il n'y avait plus vraiment de place pour elle qui revenait souvent vérifier si nous allions bien.
Cette garce avait compris bien rapidement des choses. Un matin, lorsque j'avais voulu me rendre chez ma fréquentation, je n'avais trouver que deux corps inamovibles et brûlés. C'est là que j'avais commencer à sombrer. Lylianne ne voulait apparemment pas que je refasse ma vie et en plus, le garçon que j'aimais alors m'avait tromper. Le poignard avait fait sa première course.

Mais le pire, c'est quand un jour, je remarquai que Lylianne ne revenait plus. Que le soir en m'endormant, elle ne veillait plus sur moi de loin, elle était partie. J'avais essayer de jouer avec mes propres émotions et sentiments afin d'oublier qu'elle était revenue puis repartie, mais la douleur n'avait que décupler et décupler encore, et maintenant j'en était devenue complètement folle, léthargique et négligente.


-Tatiana, tu es la seule qu'il me reste...
-Hm?
-Sans Elfée, sans Lylianne... tu es la seule famille qu'il me reste..


Ukia souffrait elle aussi, il n'y avait pas à dire. Perdre la moitié de sa famille ainsi était un vrai appel à la réalitée et je ne voulais pas le négliger non plus et être là pour elle aussi. Seulement, en ce moment, je n'en étais plus du tout capable. Ma jeune sœur se leva de sa chaise et me regarda encore avec pitié, puis dans un élan de tendresse fraternelle, elle vint me prendre dans ses bras malgré la crase présente sur mon corps. Elle me prit par la main et me dit:


-Aujourd'hui ça va changer. Je vais te laver et arranger ta chambre, et on va te sortir de là ma chérie.

Et elle m'entraina à ma chambre. Lorsqu'on ouvrit la porte, une grosse vague nous aspergea elle et moi, puis s'évapora aussi vite qu'elle était apparu, laissant ma chambre propre comme je ne l'avais rarement vu au par avant. Ukia avait le don de m'impressionner avec sa magie, et elle n'avait certainement pas fini aujourd'hui. Elle m'entraina à ma salle de bain qui avait elle aussi subit le même traitement et entreprit de me laver les cheveux et m'arranger afin de me faire retrouver un temps soit peu d'allure. Et ça marcha. Tandis qu'elle me chantait de douces chansons de notre ancienne vie, mon visage reprenait ses couleurs et mon mal de tête s'évaporait tranquillement.

Lorsque sa tâche fut accomplie, elle me réveilla, moi qui m'était endormie sur ses genoux. Elle me prit par la main et m'entraina dehors dans notre immense jardin. Comme la petite fille qu'elle était il y a bien longtemps, elle me regarda avec un sourire étendu sur deux joues et me dit:


-Ouvre tes ailes mon ange.

Et réalisant ce qu'elle tentait de faire pour moi, je déployai mes grandes ailes blanches. Elles m'arrachèrent un cri étouffé au début, puisque cela faisait bien longtemps que je les avais ouvertes, mais je réussi à m'envoler à grand battement, rejoignant le ciel qui se teignait déjà d'une lueur orangée. Bien vite, je perdis le grand lotissement de vu mais j'étais au ciel, bien trop heureuse pour redescendre. Pour le moment, je lâchai mon fou en faisant des vols planés dans le ciel et fini par redescendre sur terre lorsque j'arrivai proche du désert. Je voulais me poser pour bien voir le lever du soleil qui s'offrait à moi. Et c'est ce que je fis. Après un moment de folie, je repérai une oasis tranquille et en approcha d'un piqué. Je plongeai directement dans la source d'eau fraiche qu'il y avait et fermai les yeux, profitant des rayons progressifs qui commençaient à peine à éclairer mon visage.  

Le temps était calme, l'eau était chaude, et je me perdais dans des songes enfin n peu plus agréables qu'Ukia m'avait mit en tête; des songes de notre ancienne vie où nous étions toutes les quatre ensembles, heureuse. Il se passa un temps pendant lequel j'étais heureuse et j'aurais étiré ce temps pour en profiter toute ma vie, m'imaginant entourée de mes quatre sœur, mais surtout et à regret je dus l'admettre, je m'imaginais bien dans les bras de Lylianne.

~~~~~~~~~~~~

Your love is my drug:
 

RPs with: Edwin ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://afteryourlive.forums-actifs.com
Nathan Ligiel
Jeune magicien
avatar

Masculin Capricorne Cheval
Messages : 8
Date d'inscription : 20/12/2014
Age : 26
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Mi ange mi sorcier
Age: 21 ans
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Voyage, voyage... [PV Tatiana Manuelle]   Lun 22 Déc 2014 - 6:58

Ce n'était pas le pire endroit sur terre mais… qu'est-ce qu'il faisait chaud ! Nathan n'était vraiment pas habitué à ce type de climat, lui qui n'avait connu que les brouillard et les pluies d'Angleterre. Il avait l'impression d'être dans un four et se demandait s'ils n'allaient pas se déshydrater avant d'avoir vu la fin du désert. En effet, cela faisait maintenant un bon bout de temps qu'il marchait, Glow perché sur son épaule, sans rien voir d'autre que du sable, encore et toujours. Il montait les petites dunes, puis les redescendait, inlassablement. Le paysage monotone mis un coup au moral de Nathan qui se demandait s'ils étaient vraiment près de Moonlight-City ou s'ils n'avaient pas atterit en plein milieu du Sahara. Et Cassy qui devait être « quelque part dans le coin » n'était toujours pas trouvable.

*J'espère qu'elle n'a pas fini dans ce désert, pensa-t-il.*

Pour couronner le tout, sa bouteille d'eau qu'il avait emportée avec les provisions que Mme Powell lui avait fourni pour lui et sa sœur était presque vide. Le peu d'eau qui se trouvait encore dedans était chaude, autant que l'était l'air ambiant et ne le désaltérait plus du tout. L'espèce de turban qu'il avait confectionné à l'aide d'un pull était une bonne idée, au moins ne souffrait-il pas trop de l'exposition directe et soutenue au soleil.

* Finalement, fit Glow avec une petite voix. Je ne serai pas contre un peu de frais.*
- Roger !

Nathan se concentra sur la lumière qui les entourait, il pouvait courber les rayonnements solaires et faire en sorte qu'ils frappent ailleurs que sur leurs pauvres corps. Mais ce n'était pas facile et demandait une grande focalisation. De plus, dans le village, il n'avait pas vraiment l'occasion d'utiliser ses pouvoirs comme il le souhaitait. Il plaça une main haut au dessus de lui et activa son pouvoir. Aussitôt, les rayons commencèrent à dévier de leur trajectoire, c'était un phénomène imperceptible à l'oeil nu mais Nathan voyait une conséquence directe qui elle, était bien visible. Une large ombre se formait autour d'eux, comme s'il avait utilisé un parasol. L'obscurité n'était qu'une absence de lumière.

* Merci, souffla le chaton. *

L'air ambiant restait tout de même très chaud mais ça il ne pouvait rien y faire. Ils se remirent en route sans perdre de temps. Après encore bien du chemin parcouru, Glow revint à la charge.

* Tu sais, on irait plus vite si tu volais… *

Il y avait pensé aussi mais la vérité c'est que Nathan n'avait jamais volé. Oui il possédait la même paire d'ailes d'un blanc immaculé que son père mais dans un environnement urbain on ne pouvait pas se permettre de voler, trop de risque de se faire repérer.

- Eh bien… commença le jeune homme. Je ne sais pas en fait…
* Tu ne sais pas ? *
- Non, fit-il un peu gêné.
* Tant pis dans ce cas on a qu'à continuer à marcher. *
- Mais je peux essayer ! répondit Nathan, piqué au vif.
* Gardons plutôt notre énergie pour quand nous en aurons vraiment besoin. *
- Tu pense que j'y arriverais pas? continua-t-il sur un ton de défi.
* Je pense surtout que ce n'est pas le moment de s'épuiser pour rien. Sinon, ça risquerait bien de signifier la fin dans un environnement aussi hostile que celui-ci. *
- En attendant, c'est pas toi qui t'épuise trop.
* Que veux-tu ? je ne suis qu'un chat ! J'aime avoir mon petit confort. *
- Mouais… fit Nathan, pas vraiment convaincu.

Même s'il ne l'avait jamais vu, il savait que Glow n'était pas juste un chat qui parle, ce qui en soit était déjà extraordinaire. Son père lui avait déjà raconté des histoires sur son passé, bien qu'il n'ait jamais mentionné Moonlight-City, des histoires de combats contre des démons, de missions diplomatiques à mener à bien. Il lui avait aussi raconté comment il avait rencontré ce petit chaton tout mignon qui l'avait sauvé d'il ne savait plus trop quoi exactement. La créature portait un nom trop bizarre pour qu'il s'en souvienne encore.

- D'ailleurs pour un chaton d'une bonne vingtaine d'années, tu es relativement petit. Les familiers ne grandissent pas ?
* Tu veux voir comment je suis petit ? s'écria l'animal. *
- Ca me tenterais bien oui…
* Quand tu planeras haut dans le ciel ! bouda Glow. *

Nathan allait rétorquer une autre bêtise quand il se rendit compte qu'il avait laissé sa concentration s'étioler et que le parasol magique avait disparu, mais depuis combien de temps ? Se disputer pour des broutilles pareilles ne lui ressemblait pas. Il comprit que le soleil leur tapait sur le système et les échauffait.

- On va faire une pause, il faut que je relance le sort.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Une nouvelle zone d'ombre les entourait. Il déballa des sandwichs que lui avait préparé Mme Powell pour le voyage vers l'Allemagne avait-elle dit. Même si ce n'était pas vraiment l'Allemagne, il était reconnaissant qu'elle y ait pensé. Il prit la boite dans laquelle elle les avait mis pour y verser le peu d'eau qui restait pour que Glow puisse boire et se remettre les idées en place. Il leva les yeux au ciel, le soleil était encore très haut. Repartant d'un bon pas et d'humeur plus sereine, les deux compagnons franchirent une grande dune et longèrent la crête de celle-ci sur de longs mètres. Un point vert au loin attira leur attention.

- Tu crois que… commença Nathan.
* Je l'espère en tout cas. *

Ils se précipitèrent vers ce qu'ils avaient repéré. Si c'était bien ce qu'ils pensaient, ils seraient sauvé. Si c'était un mirage, c'est qu'ils commençaient à délirer et ce n'était pas bon. En s'approchant de plus près, cela leur semblait très réaliste et quand ils pénétrèrent dans la zone verdoyante, ils surent que ça l'était. Nathan lâcha le sac à dos et sauta directement dans l'eau de l'oasis. Elle était chaude, mais beaucoup moins que l'air ambiant. Cela faisait du bien. Glow miaula en regagnant la berge.

* Tu aurais pu attendre que je sois descendu... *
- J'ai l'impression que tu aimes bien râler toi, rigola Nathan.

Il batifola tranquillement dans l'eau, le temps que sa température corporelle redescende tandis que le chaton blanc lapait l'eau depuis la berge après s'être secoué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatiana Manuelle
Eleve confirmé
avatar

Féminin Gémeaux Dragon
Messages : 63
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 29
Localisation : Tu ne me chercheras pas de toute façon
Fiche de présentation : ICI

Identité magique
Race: Ange
Age: 25 ans
Pouvoirs / Capacités:

MessageSujet: Re: Voyage, voyage... [PV Tatiana Manuelle]   Jeu 29 Jan 2015 - 17:39

Le seul problème de ce petit bout de verdure était que je me sentais complètement seule, encore une fois. J’y étais venue souvent, pourtant. C’était notre petit coin de monde, moi et mes soeurs. Nous étions venues ici après la mort de Lylianne, noyer nos émotions dans nos éléments respectifs. Elfée avait commencer par s’agenouiller dans le sable, les mains à plat dans le sable, et elle avait fait apparaître un tapis de verdure avec des palmiers et des lianes, qui poussaient un peu n’importe comment. Ukia avait suivit son mouvement et le lac dans lequel je reposais aujourd’hui était apparut au milieu de ce tapis vert. Je n’avais eu qu’à faire courir une forte brise afin de venir faire fonctionner cet éco-systhème, et une oasis avait été créée, symbolisant ce que nous voulions donner à Lylianne; une source d’amour au milieu de ses tourments.

Mon visage tourné vers le soleil malgré mes yeux clos faisaient danser des couleurs sous mes paupières tandis que les vagues berçaient mon corps tranquillement. Ma tête était vide de pensée, il n’y trainait que des images floues qui donnaient une certaine signification à ces flashs de couleurs que seule moi pouvait comprendre. Je rêvassais tranquillement ainsi tandis que le soleil se levait. Les heures passaient et j’aurais dû revenir chez moi afin de ne pas inquièter ma soeur pour rien, mais le calme qui reignait dans mon esprit me faisait du bien et je n’avais pas envie de le bouleverser. Pas encore.

Mes yeux s’ouvrirent sur le vol d’un tout petit monarque qui voletait parmi la végétation luxuriante de l’oasis. Je suivais ses mouvements, ses gracieuses courbes qu’il formait dans les airs et je me dis qu’il avait de la chance de voler ainsi. Mes ailes à moi étaient devenues lourdes et écrasantes à force d’inactivité et maintenant, j’avais du mal à voler. Même leur contraction ou leur déploiement me faisait un mal de fou, et je me dis qu’il faudrait que je les entraines bien vite, maintenant que j’avais pris la résolution de me sortir de cette pénible léthargie.

Je ne l’avais pas vu, mais le papillon que j’avais remarquer voleter près de moi s’était posé sur mon épaule et se trainait difficilement vers mon oreille, encombré par mes cheveux blonds qui lui bloquait le passage. Je m’empressais donc de les ramener vers mon épaule oposée afin de lui laisser le passage, comprenant qu’il avait un message à me délivrer. Ce ne devait être qu’Ukia qui voulait savoir où j’étais et quand est-ce que je comptais retourner à la maison. Mais lorsque ses antennes se posèrent dans mon oreille, ce n’est pas la voix cristaline d’Ukia que j’entendis, c’est la chaude voix de Lylianne.


-Tatiana… je m’ennuie de toi.. je reviendrais vers toi bientôt.

Et cette vague de tristesse que ces simples mots avaient déclanchés me frappa de plein fouet tandis que ma tête se remis à tourner et que j’eus peur de perdre connaissance. N’avait-elle pas assez fait de mal comme ça? De quel droit se permettait-elle de revenir semer le doute dans ma tête et de s’en prendre à mon coeur? La carapace que j’essayais de construire autour de mon âme était fragile et toutes les fois elle revenait la détruire sans pitié, me laissant dans un état pire que celui de la tristesse; celui de la haine.
C’était bien ça que je ressentais à ce moment. La haine. La haine qu’elle soit partie. La haine qu’elle soit revenue et la haine qu’elle soit repartie encore. Et maintenant la haine qu’elle veuille revenir de nouveau. Ce cirque avait assez durer et maintenant, je devais prendre sur moi avant que cette femme ne revienne semer le chaos dans ma famille. Je devais me concentrer sur le fait de ramener Elfée, essuyer mes larmes de la perte de mon petit ami et aussi prendre soins d’Ukia qui avait réussi à tenir le coup dans une maison de moins en moins ordonnée. Et surtout, je devais continuer à faire ce pour quoi j’avais été envoyée sur terre; prendre soins des autres.

Je sortis de l’eau et invoquai le vent afin de me sécher rapidement, mais soudain, je sentis une nouvelle présence dans l’oasis. À l’autre extrémitée du lac était apparu un jeune garçon à peine moins âgé que moi, et les reflets métaliques qui provenaient de lui me firent remarquer ses percings nombreux. Il n’était pas très loin mais pourtant il ne m’avait pas remarquer, ce qui fit mon affaire au début.

Comment avait-il réussi à trouver cet endroit? Une chance extrème, non? Même moi, il m’arrivait quelques fois de me perdre avant de trouver ce lieu. Ainsi, soupsonnant quelque pouvoir de divination que ce soit, il me parut évidant qu’il ne me servait à rien de me cacher. Je le scrutai pendant qu’il se baignait tandis qu’il ne me remarquais pas, et je fus surprise lorsque je vis à ses côtés un petit chat qui s’abreuvait au lac. Si c’était ça que Lylianne avait envoyer pour me retrouver, ce n’était pas quelque chose qui m’effrayait le moindre du monde. Une simple bourasque et sa tête lèverait.

Je m’assurai que ma longue robe blanche était bien replacée. Celle-ci était attachée à mon coup et laissait mon dos à découvert, puis revenait couvrir doucement mes jambes. Mes cheveux étaient eux aussi bien placé et je remerciai mentalement Ukia de m’avoir aider à les laver. Me présenter devant une nouvelle personne ainsi ne me faisait pas honte, mais la vague de tristesse que Lylianne avait engendré me frappait toujours et j’eus peur de flencher. Je me demandais comment je devais réagir. Attaquer tout de suite ou bien m’assurer des intentions avant? Qu’est-ce qu’Ukia aurait fait?

Je marchai tranquillement vers le jeune homme tout en mijotant le tout dans ma tête, de façon assez silencieuse pour que le garçon ne me remarque pas. Lorsque je fus arrivée à sa hauteur, je me décidai qu’il valait mieux y aller en douceur. Ainsi, je me mis sur mes gardes mais je m’assis tout de même au bord de l’eau, de façon à être visible autant pour lui que pour son chat. Trempant mes pieds nus dans l’eau fraiche, je me raclai la gorge et lui adressa la parole:


-Je peux savoir ce que tu fiche ici?

Ce n’était pas une attaque, même que ma voix avait prit un timbre amusé mais dans mon fort intérieur, j’avais bel et bien peur. Je me dis que de toute façon je pourrai contrôler les sentiments de ce jeune homme si jamais il venait à vouloir m’attaquer, mais je tattai discrètement le sol à la recherche d’une pierre qui pouvait me servir de couteau, si jamais j’avais besoin de me déffendre.

~~~~~~~~~~~~

Your love is my drug:
 

RPs with: Edwin ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://afteryourlive.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage, voyage... [PV Tatiana Manuelle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage, voyage... [PV Tatiana Manuelle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Invitation au voyage (Daniel)
» Les attentats capillaires
» Voyage, voyage (pv Dawan)
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ~ Archives ~ :: Archives :: Frontières innocupées :: Le désert-
Sauter vers: